concours2017 crc fsh

fondationvignette gnrale

On trouve dans ce document les grandes lignes de force de la recherche au sein de la Faculté. L’apport des sciences humaines est plus que jamais nécessaire dans un monde en mouvance pour mieux comprendre et orienter l’action humaine en vue du développement harmonieux des individus et des sociétés.

1. Identité, diversité, culture et citoyenneté

Les recherches regroupées sous ce thème abordent des questions liées à la construction symbolique, culturelle et sociopolitique de l’identité et de la citoyenneté dans un contexte de mondialisation.

Elles traitent de problématiques liées à l’identité vécue dans la diversité des rapports individuels et sociaux. Elles touchent aux dimensions ethniques et religieuses, aux rapports de genre, à l’égalité des sexes et au vécu des minorités sexuelles ainsi qu’aux relations intergénérationnelles. Elles s’intéressent aussi aux représentations qui les sous-tendent et aux comportements discriminatoires qui y sont associés comme l’homophobie, le sexisme, l’âgisme ou le racisme. Certaines recherches abordent ces questions dans le contexte particulier de l’immigration. De plus, elles prennent en compte les dynamiques des mouvements sociaux et des échanges interculturels au sein desquels ces rapports s’expriment et aux formes de résilience qui s’y développent.

Elles approfondissent les problématiques plus globales inhérentes aux dynamiques en changement dans les États-nations. Elles abordent, de manière plus spécifique, la question nationale québécoise. D’autres encore s’intéressent aux Premières Nations et aux enjeux reliés aux peuples autochtones. Elles se préoccupent de justice sociale, de pratiques démocratiques et de citoyenneté aux niveaux national et international, entre autres, dans le contexte de la montée des particularismes.

Selon les groupes de recherche, différents espaces territoriaux sont pris en compte : le Québec et le Canada, les Amériques, l’Asie, l’Europe, l’Afrique principalement francophone et le monde arabe.

2. Santé et mieux-être individuel et collectif

Ces recherches analysent les déterminants et les enjeux de la santé selon une diversité d’approches. Elles prennent en compte les dimensions biologique, psychologique, linguistique, religieuse, sociale, socioéconomique et organisationnelle. Elles proposent différentes études de nature compréhensive sur les discours et les pratiques de la santé.

Alors que certaines recherches mettent l’accent sur la prévention, d’autres se centrent sur les modes d’intervention tant au niveau de l’élaboration que de l’évaluation des programmes. Nombre de recherches visent à assurer une meilleure santé sexuelle, mentale ou cognitive. Elles s’intéressent, plus spécifiquement, au déclin cognitif, à la déficience intellectuelle, aux divers troubles de comportement, à la détresse psychosociale ainsi qu’aux formes variées de violence et de traumas interpersonnels. Elles cherchent aussi à comprendre la résilience développée par certaines personnes et à améliorer les conditions de vie d’individus fragilisés. Certaines abordent ces questions sous l’angle de l’éducation à la santé en dégageant les facteurs psycho-sociaux et socio-culturels associés aux comportements des individus. D’autres étudient les impacts de la transformation des conditions environnementales au niveau de la santé. Elles visent tant la population en général que des groupes spécifiques comme les personnes en situation de handicap, les minorités sexuelles, tout au long de la vie

Ces recherches se poursuivent à l’université, mais aussi dans des milieux de pratique, en collaboration avec divers intervenants des milieux scolaires, cliniques, hospitaliers voire correctionnels. Elles se développent en partenariat avec des organismes sociaux, communautaires ou publics. Elles peuvent notamment contribuer à l’analyse des politiques publiques touchant la santé.

3. La pensée, la cognition humaine, le langage et les représentations sociales

Cette thématique regroupe des recherches fondamentales et appliquées portant sur le fonctionnement de la pensée humaine, la cognition et le langage ainsi que sur les modalités de production des connaissances sous ses diverses formes. Elles appartiennent à différents champs disciplinaires, tels que la philosophie, la linguistique, les sciences cognitives ou les neurosciences. Elles abordent les approches méthodologiques et épistémologiques utilisées dans les différents domaines de la connaissance ou encore s’investissent dans l’étude de corpus théoriques selon diverses approches.

Elles portent sur l’activité cérébrale, la perception, l’apprentissage ainsi que sur les modalités d’acquisition et de développement des connaissances. Elles analysent aussi les représentations symboliques et idéologiques, telles qu’elles prennent forme à travers les âges dans les différents systèmes culturels et linguistiques. Elles se matérialisent dans les institutions qu’elles soient religieuses, sociales, culturelles, scientifiques, économiques ou politiques.

Elles s’intéressent encore à l’articulation des dimensions cognitive, intellectuelle, sociale, politique et culturelle qui concourent à la production des connaissances et des technologies. Elles cherchent à comprendre leur évolution et leurs effets au niveau de la société de même que les enjeux éthiques qu’elles soulèvent.

4. Enjeux socio-économiques, territoriaux et environnementaux

Ce thème regroupe une diversité de recherches qui ont en commun d’étudier les transformations tant sociales, économiques, politiques que celles du milieu physique qui marquent le territoire et son développement. Elles investiguent les effets de ces transformations sur les individus et les collectivités.

Elles se centrent sur les mutations du travail et ses effets sur les individus, les familles et la société en général. Elles prennent en compte les multiples défis soulevés par l’ouverture des marchés, la financiarisation de l’économie et l’usage généralisé des technologies, notamment numériques.

Elles portent sur les processus de marginalisation et cherchent à comprendre les réalités vécues par des populations fragilisées, individus ou groupes, et les moyens susceptibles de freiner la désaffiliation sociale. Elles s’intéressent aux pratiques d’intervention ou, encore, aux politiques publiques liées à ces problématiques sociales.

D’autres ont comme objet d’études le développement et la gouvernance territoriale, les régulations sociales ou la gestion de la diversité qui y est associée. Elles étudient les dynamiques d’échanges et de conflits ainsi que les rapports sociopolitiques qui interviennent dans la structuration des territoires et leur revitalisation. Elles portent, par ailleurs, sur la préservation et la mise en valeur du patrimoine.

D’autres encore mettent l’accent sur des aspects physiques du territoire, en particulier, sur la protection des écosystèmes et des ressources naturelles, sur le développement durable ainsi que sur la gestion des risques découlant des changements climatiques.

5. Thématique transversale: démocratisation de la production de la connaissance scientifique et libre accès aux résultats de la recherche à l’ère du numérique

Plusieurs recherches ont en commun de mettre au jour des enjeux sociétaux d’ordre éthique et politique, où se rejoignent théorie et pratique. Certaines d’entre elles adoptent une perspective compréhensive ou historique permettant de porter un regard critique sur les grands enjeux de la société. L’originalité de plusieurs repose d’ailleurs sur leur volonté d’identifier les innovations sociales, culturelles et scientifiques et empruntent une démarche partenariale. Elles misent ainsi sur le dialogue entre les savoirs qui prend la forme d’une co-construction des connaissances, de leur valorisation et de leur transfert à l’ère numérique. Les partenaires proviennent des milieux gouvernementaux ou paragouvernementaux, d’organismes communautaires, syndicaux ou à but lucratif.

La mobilisation des connaissances et le libre accès au savoir, par le recours aux technologies numériques notamment, sont des objectifs largement repris par la plupart des recherches qui contribuent ainsi à la démocratisation des savoirs.