Place aux femmes en philosophie

Si on vous dit « 35 », à quoi pensez-vous?
C’est le nombre de conférences organisé par Fillosophie depuis sa création en 2013.

Retour sur un projet étudiant né d’un désir de promouvoir et de cultiver la participation active des femmes – trans inclusif – en philosophie. « Les femmes sont sous-représentées en philosophie et on étudie beaucoup les hommes. Fillosophie est né d’une volonté de faire face au problème et de le mettre en évidence », a partagé Sarah Arnaud, fondatrice et membre du regroupement d’étudiantes, diplômée du doctorat en philosophie de l’UQAM et postdoctorante à la City University of New-York (CUNY).

Des conférences pour contrer des stéréotypes
C’est entre autres par l’organisation de conférences mensuelles mettant de l’avant des femmes philosophes et leurs recherches que Fillosophie se démarque sur la scène philosophique. Les conférencières invitées viennent du Québec, du Canada mais aussi des États-Unis et d’Europe. Il peut s’agir de sommités internationales, comme d’étudiantes de cycles supérieurs qui y trouvent une tribune pour présenter leurs travaux et diffuser leur savoir. À l’issue de chacune des conférences, une période de discussion informelle permet un échange entre professeures, professeurs, chercheures, chercheurs et étudiantes et étudiants. Les conférences sont gratuites et ouvertes à tout le monde. Pour connaître la programmation des prochaines conférences : fillosophie.org

Fillosophie est de plus en plus sollicité pour parler de l’importance des femmes en philosophie. « Nous organisons des conférences, mais nous sommes également invitées à parler de ce que nous faisons, à participer à des tables rondes ou à des conférences », a souligné Cloé Gratton, membre de Fillosophie et diplômée de la maîtrise en philosophie. Entre autres, le groupe collabore à l’organisation de certaines activités du Département de philosophie et du Groupe de recherche interuniversitaire sur la normativité (GRIN).

L’impact de Fillosophie
La création d’un tel projet a des répercussions sur toute une communauté, mais également sur les étudiantes qui le font vivre. Fillo, comme se plait à le dire sa fondatrice, c’est une communauté d’étudiantes qui s’entraident. Fillo, ça ouvre les yeux. « Ça a eu une influence sur ma façon d’enseigner. Quand j’étais chargée de cours, je faisais attention à ce que la prise de parole soit équilibrée entre les hommes et les femmes et qu’il n’y ait pas de commentaires discriminatoires. » Pour Cloé, Fillo a aussi été source d’inspiration. « C’est encourageant de voir autant de personnes se battre pour une cause. S’il n’y avait pas eu Fillosophie j’aurais eu moins d’entrain à venir à l’UQAM. »

Dans les premiers temps, Fillosophie a dû se faire une place, l’idée d’un tel regroupement étant critiqué et remis en question. « Grâce aux appuis et aux démarches de la professeure, Amandine Catala, et du professeur Pierre Poirier, Fillosophie a pu se développer », a mentionné Sarah qui note un changement d’attitude vis-à-vis le groupe. Aujourd’hui, le projet a le vent dans les voiles et reçoit des honneurs.

Un rayonnement au-delà de l’UQAM
Fillosophie a reçu en 2014 la Bourse d’implication étudiante, catégorie Projet société, communication et éducation, remise par les Services à la vie étudiante de l’UQAM. En 2017, le regroupement d’étudiantes est finaliste au concours Forces AVENIR, catégorie Art, lettre et culture. En 2018, finaliste pour une 2e année consécutive, Fillosophie est couronné et remporte les honneurs au concours Forces AVENIR, catégorie Art, lettre et culture.

Coup de pouce aux idées brillantes
Fillosophie, en collaboration avec la Fondation de l’UQAM, a lancé une campagne de sociofinancement pour financer ses diverses initiatives « brillantes ». Pour en savoir davantage et encourager le projet, cliquez ici.

En plus de Sarah Arnaud et Cloé Gratton, Fillosophie est piloté par Mylène Legault, doctorante en philosophie, Tania Bustillo, étudiante au baccalauréat en philosophie avec concentration en études féministes, et Maud Provost, diplômée du baccalauréat en philosophie.

Pour en savoir davantage sur les programmes offerts en philosophie à la Faculté des sciences humaines de l’UQAM, visitez le philo.uqam.ca

Photos

Photo 1
Les membres de Fillosophie, regroupement d’étudiantes de l’UQAM. Sur la photo de g. à d. : Anouk Hoffmann-Morin, étudiante au baccalauréat en philosophie, Sarah Audrey Arnaud, diplômée du doctorat en philosophie de l’UQAM et postdoctorante à la City University of New-York (CUNY), Cloé Gratton, diplômée à la maitrise en philosophie, Mylène Legault, doctorante en philosophie, Tania Bustillo, étudiante au baccalauréat en philosophie, et Maud Provost, diplômée au baccalauréat en philosophie.

Photo 2
Fillosophie, regroupement d’étudiantes de l’UQAM, est lauréat de l’édition 2018 du concours Forces AVENIR, catégorie Art, lettre et culture. Sur la photo de g. à d. : Mylène Legault, doctorante en philosophie, Tania Bustillo, étudiante au baccalauréat en philosophie, Cloé Gratton, diplômée à la maitrise en philosophie, et Maud Provost, diplômée au baccalauréat en philosophie.

 

Faculté des sciences humaines de l’UQAM

Incontournable du domaine des sciences humaines et sociales, la Faculté des sciences humaines de l’UQAM propose des programmes d’études solidement ancrés tant sur le plan théorique qu’empirique. Elle offre un milieu universitaire dynamique, stimulant et inclusif propice à la réalisation de recherches novatrices, à la liberté intellectuelle et à la démocratisation des savoirs.

Suivez-nous

Coordonnées

Faculté des sciences humaines
Local DS-1900
320, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2X 1L7