La socio à l’UQAM fête ses 50 ans

Bandeau 50 ans sociologie

***ANNULATION – Conformément aux directives gouvernementales, tous les événements de moins de 250 personnes doivent être annulés s’ils ne sont pas jugés essentiels. À cet effet, le colloque « La socio à l’UQAM fête ses 50 ans » suivi d’un cocktail retrouvailles est annulé et sera reporté à l’automne.***

Dans le cadre du 50e anniversaire de l’UQAM, le Département de sociologie de l’UQAM organise le colloque « La socio à l’UQAM fête ses 50 ans », suivi d’un cocktail retrouvailles :

Vendredi 27 mars 2020, 9 h à 20 h
Salle de la reconnaissance (D-R200)
1430, rue Saint-Denis
Montréal , Québec
Métro Berri-UQAM

Cet événement est l’occasion de célébrer 50 ans de sociologie à l’UQAM en soulignant les contributions des professeures, professeurs, des chargées de cours, chargés de cours et des étudiantes, étudiants au développement et au rayonnement de la sociologie au Québec.
Événement gratuit.

Bienvenue à toutes et à tous!

>>> Inscription en ligne

9 h et 9 h 30 - Accueil et mot de bienvenue

9 h/ Accueil

9h30 / Mot de bienvenue
Marie-Nathalie Leblanc est professeure au Département de sociologie de l’UQAM  et directrice du département. Ses principaux intérêts concernent les transformations religieuses en Afrique de l’Ouest, la société civile, la jeunesse et les femmes. Elle a publié Faith and Charity : Religion and Humanitarian Assistance in West Africa (Pluto Press, 2016) qui découle d’un programme de recherche sur les rôles des ONG confessionnelles dans la société civile en Afrique financé par le CRSH (2012-2016).  Elle est titulaire de la Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest.

Ses récents intérêts de recherche se centrent sur les savoirs ésotériques et la question de l’occulte en islam en Afrique de l’Ouest, la féminisation de l’islam en Côte d’Ivoire et les centres religieux de guérisons.

9 h 45 - Création de l'UQAM et du Département de sociologie : les premières années

9h45 / Conférence d’ouverture
Création de l’UQAM et du Département de sociologie : les premières années

Céline St-Pierre, professeure du Département de sociologie de l’UQAM depuis la fondation de celui-ci en 1969, principalement en sociologie du travail, et retraitée en 2004.  Professeure émérite depuis 2010, Céline Saint-Pierre s’est intéressée à l’analyse des classes sociales et aux mouvements sociaux, à la sociologie du travail et des technologies ainsi qu’aux grandes idéologies qui ont marqué la société québécoise du XXe siècle. Elle est l’auteure de près de 150 publications dans ces domaines en plus d’avoir dirigé plusieurs mémoires de maîtrise et thèses de doctorat et assuré la direction de plusieurs numéros de revues académiques et d’ouvrages collectifs.  Elle a occupé de nombreux postes et reçu plusieurs prix et reconnaissances. Parmi ceux-ci, mentionnons le poste de Secrétaire générale de l’Association internationale de sociologie (AIS) de 1974 à 1979, la présidence du Conseil supérieur de l’éducation (1997-2002) et celle de l’Académie des sciences sociales de la Société royale du Canada (2010-2011). En 2015, elle a été nommée Officière de l’Ordre national du Québec.

10h15 / Pause

10 h 30 - La socio à l’UQAM en chiffres et en mots

10h30 / La socio à l’UQAM en chiffres et en mots

Yvon Savoie est étudiant au doctorat en sociologie. Boursier du CRIDAQ-UQAM, ses travaux portent sur la sociologie politique et la sociologie du Québec. Il s’intéresse particulièrement à l’interculturalisme et au nationalisme québécois.

Jacques Beauchemin est professeur au Département de sociologie depuis 1993. Ses domaines de spécialité sont la sociologie politique, la sociologie du Québec, l’éthique et le néolibéralisme.  Sous-ministre associé à la langue française sous le gouvernement de Pauline Marois, il a été membre du comité conseil de la Commission Bouchard-Taylor et est souvent sollicité comme chroniqueur à Radio-Canada.

11 h - Table ronde - Les débuts ou l’institutionnalisation

11h / Table-ronde
Les débuts ou l’institutionnalisation
Animation : Francine Descarries
Avec la participation de : Gilles Bourque, Jules Duchastel, Dorval Brunelle, Micheline Labelle, Marcel Rafie

Les panélistes ont été invité.e.s à répondre à la question suivante :

Point d'interrogation

Avec quelles idées êtes-vous venu.e à l’UQAM ; quelle était votre vision de la sociologie et de son enseignement à l’époque et qu’elle en a été l’influence sur vos travaux ? 

Francine Descarries est professeure au Département de sociologie depuis 1986. Elle est spécialiste des études féministes et de la sociologie de l’histoire du mouvement des femmes. Elle s’intéresse aux questions relatives à la reproduction sociale, le travail et la famille.  Elle est membre fondatrice de l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF) et du Réseau québécois en études féministes (RéQEF).

Gilles Bourque a été professeur au Département de sociologie de l’UQAM de 1969 à 2000 et professeur émérite depuis 2010.  Ses domaines d’expertise sont l’analyse du discours politique, la sociologie historique du Québec et la sociologie politique de même que l’étude des transformations des formes de l’ÉTAT.  Depuis le milieu des années 1960, il a publié plusieurs ouvrages et articles dans les domaines de la question nationale et de la sociologie historique du Québec.

À noter que Restons traditionnels et progressifs. Pour une nouvelle analyse du discours politique : le cas du régime Duplessis au Québec, un livre publié par Gilles Bourque et Jules Duchastel en 1998 que le Canadian Journal of Sociology a retenu comme l’un des 10 ouvrages de sociologie les plus importants du 20e siècle en langue française.

Jules Duchastel a été professeur au Département de sociologie de l’UQAM de 1973 à 2013 et professeur émérite depuis 2015.  Spécialiste de la sociologie politique, il s’est longtemps intéressé aux transformations des institutions politiques nationales au Québec et au Canada.  Il a été un pionnier de l’analyse du discours politique assisté par ordinateur (Centre ATO). Ses recherches actuelles portent sur les transformations de la démocratie et de la citoyenneté dans le contexte de la mondialisation et de la fragmentation des sociétés. Il a de nombreuses publications à son actif et a été très actif dans la vie institutionnelle de l’UQAM.

Dorval Brunelle a été professeur au Département de sociologie de l’UQAM de 1976 à 2019. Ses champs de spécialisation sont l’économie politique, l’intégration dans les Amériques et les mouvements sociaux. Auteur de nombreux travaux, ceux-ci ont porté sur le Québec, l’Amérique du Nord, l’intégration continentale et la mondialisation. Il a également publié deux ouvrages de théorie sociale. Il détient un diplôme de droit de l’Université de Montréal (LL.B., 1962). Il a été chef de cabinet du ministre des Affaires municipales de 1964 à 1966. 

Micheline Labelle, anthropologue, a été professeure de sociologie (1976-2014) et est professeure émérite depuis 2015. Co-directrice de la Chaire Concordia-UQAM en études ethniques, elle a été ensuite titulaire de la Chaire de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) de l’UQAM. Chercheure associée ou visiting scholar à l’étranger, elle a publié intensivement dans son domaine. Sollicitée par l’UNESCO, elle a participé à l’élaboration du Plan d’action de la Coalition internationale des villes unies contre le racisme (2004). Elle a été vice-présidente de l’ACSALF,  membre du Conseil des relations interculturelles du Québec, de la Commission canadienne pour l’UNESCO (secteur sciences humaines), du CA de l’Association internationale des études québécoises, etc. Prix Thérèse Casgrain (CRSH, 1989) et Prix Hommage-40 ans de la Charte, remis par la CDPJQ (2015).

Marcel Rafie a été professeur au Département de sociologie de l’UQAM de 1969 à 2007. Il en a été le directeur et s’est fortement impliqué dans la vie institutionnelle, notamment à titre de directeur des études supérieures, de vice-doyen et doyen intérimaire de la Faculté des sciences humaines et, aujourd’hui, au sein de l’Association des professeures et professeurs retraités de l’UQAM (APR-UQAM) dont il assume présentement la présidence.  Il a été secrétaire général de l’Association internationale de sociologie (AIS) de 1979 à 1982.

12h30 / Pause pour le lunch (prenez note qu’il n’y aura pas de service de repas)

14 h - Table ronde - Consolidation et déploiement de la recherche et de l’enseignement

14 h / Table-ronde
Consolidation et déploiement de la recherche et de l’enseignement
Animation : Danielle Laberge
Avec la participation de : Jacques Beauchemin, Pierre Doray, Jean-Marc Fontan, Jean-Marc Larouche, Shirley Roy

Les panélistes ont été invité.e.s à répondre à la question suivante :

Point d'interrogation

Quelle est votre vision de la sociologie et de son enseignement et comment s’est-elle manifestée dans votre contribution, passée et présente, dans vos problématiques et enjeux de recherche?

Danielle Laberge a été professeure au Département de sociologie de 1982 à 2001, pour occuper par la suite plusieurs postes de cadre dont ceux de vice-rectrice à la vie académique, de rectrice par intérim, de vice-rectrice à l’enseignement, à la recherche et à la création et de vice-rectrice exécutive. Elle est actuellement présidente du Conseil d’administration d’Aéroports de Montréal (ADM). Parmi ses nombreux intérêts de recherche, soulignons la sociologie de la marginalité sociale, la gouvernance et le leadership.

Jacques Beauchemin est professeur au Département de sociologie depuis 1993. Ses domaines de spécialité sont la sociologie politique, la sociologie du Québec, l’éthique et le néolibéralisme.  Sous-ministre associé à la langue française sous le gouvernement de Pauline Marois, il a été membre du comité conseil de la Commission Bouchard-Taylor et est souvent sollicité comme chroniqueur à Radio-Canada.

Pierre Doray, professeur au Département de sociologie depuis 1986.  Spécialiste en sociologie de l’éducation, du développement de la main-d’œuvre, de l’éducation des adultes et de la formation professionnelle. Il a présidé la Commission de l’éducation des adultes et de la formation continue et est actuellement président du Conseil d’administration de l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICA).

Jean-Marc Fontan est professeur au Département de sociologie depuis 1995. Spécialiste en sociologie économique, il travaille sur les thèmes de l’économie sociale, l’innovation sociale, le développement local, la lutte contre la pauvreté, la philanthropie organisée et la recherche partenariale. Il a codirigé le Consortium de recherche en économie sociale de 2013 à 2010 et dirige le Réseau de recherche partenariale sur la philanthropie canadienne depuis 2013 (financements CRSH). Il est directeur de la Chaire de recherche UQAM sur la méthodologie et l’épistémologie de la recherche partenariale et dirige la collection Innovation sociale aux Presses de l’Université du Québec.

Jean-Marc Larouche, professeur au Département des sciences de la religion depuis 1999 et au Département de sociologie depuis 2006.  Ses travaux portent sur les rapports de diverses pratiques sociales à la religion et/ou à l’éthique ainsi que sur les approches sociologiques classiques et contemporaines en sociologie de l’éthique et les études durkheimiennes. Il assure depuis 2012 la présidence du Réseau des écoles doctorales en sociologie/sciences sociales (RéDOC) de l’Association internationale des sociologues de langue française; il est à ce titre membre du Bureau de l’AILSF (2012-).  

Shirley Roy est professeure au Département de sociologie depuis 1992. Elle en a assumé la direction de 2013 à 2016. Co-fondatrice du Collectif de recherche sur l’itinérance (CRI), la pauvreté et l’exclusion sociale (CRI, 1994-2009), elle s’intéresse aux innombrables questions en lien avec l’itinérance, l’exclusion sociale, la toxicomanie, la dépendance au jeu et la santé mentale. Les membres du CRI ont produit quantité de publications et organisé plus d’une cinquantaine de colloques scientifiques et avec les milieux.

15h30 / Pause

14 h - Table ronde - Recherche et enseignement : nouvelles thématiques, nouveaux enjeux

15h45 / Table-ronde
Recherche et enseignement : nouvelles thématiques, nouveaux enjeux

Animation : Marie-Nathalie LeBlanc
Avec la participation de : Élizabeth Abergel, Benoît Coutu, Frédérick Guillaume Dufour, Marcelo Otero, Frédéric Parent, Sandrine Ricci

Les panélistes ont été invité.e.s à répondre à la question suivante :

Point d'interrogation

Quelle est votre vision de la sociologie et de son enseignement; comment celle-ci se reflète-t-elle dans votre pratique de sociologue, vos thèmes et contributions de recherche, à la lumière des problématiques et des enjeux de la présente décennie ?

Élizabeth Abergel est professeure au Département de sociologie depuis 2011. Elle est associée à l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM (ISE) où elle y enseigne sur les systèmes alimentaires durables. Ses intérêts de recherche concernent les transformations sociales et les impacts écologiques incluant les aspects sociopolitiques des technologies du vivant. Elle s’intéresse notamment à l’évolution des technologies du vivant sur les systèmes de production agricole et alimentaire et sur la santé humaine et animale. Elle est spécialiste des systèmes régulation des organismes issus du génie génétique et des nouvelles technologies d’édition du génome. Elle rédige en ce moment un livre sur les imaginaires sociotechniques entourant la viande de laboratoire à l’ère de l’Anthropocène et poursuit des recherches sur le travail invisible des agricultrices au Québec.

Benoît Coutu est chargé de cours au Département de sociologie depuis 2009.  Détenteur d’un Ph. D en sociologie, il a réalisé une thèse intitulée Construire des gens avec des projets ? Contribution à une sociologie politique de l’impérialisme et de l’intervention humanitaire (2010), dans laquelle il explore, dans le cadre des théories de l’impérialisme contemporain, la mutation de l’aide humanitaire en interventionnisme militaro-humanitaire et ses répercussions sur la conception du sujet de l’aide. Il est également membre depuis 2016 du comité scientifique du groupe de travail «Théories critiques; sociologies critiques» de l’AISLF et depuis 2019 du comité scientifique du Laboratoire d’études durkheimiennes du département de sociologie de l’UQAM. S’intéressant aux théories sociologiques contemporaines, il a entre autres écrit des articles sur les répercussions sociopolitiques de la crise financière de 2007-2008 et les mouvements sociaux post-crise 2012, l’articulation entre nature et culture en sciences sociales et le concept de révolution dans la sociologie historique. Il travaille actuellement sur des enjeux tels que les nouvelles théories critiques, la post-vérité, les mutations de la société de masse et les mouvements de contestations régressifs. 

Frédérick Guillaume Dufour est professeur au Département de sociologie depuis 2008.  Ses recherches s’inscrivent dans le champ de la sociologie politique et de la sociologie historique. Il s’intéresse notamment aux études comparatives portant sur les pratiques nationalistes, racistes et antisémites, ainsi qu’aux dimensions politiques des pratiques mémorielles au Canada et en Allemagne. Il est l’auteur de nombreux articles dans le domaine de la théorie sociale et politique, ainsi que dans le champ d’étude de la sociologie historique et du nationalisme.

Marcelo Otero est professeur titulaire au Département de sociologie depuis 2002 et a été directeur du département de 2016-2019. Ses intérêts de recherche portent sur la complexité des problèmes sociaux contemporains, notamment l’imbrication entre les problèmes sociaux, les problèmes de santé mentale et les exigences normatives de l’individualité contemporaine. Il est spécialiste des théories de la déviance et de l’œuvre de Michel Foucault. Il a publié notamment L’ombre portée: l’individualité à l’épreuve de la dépression (Boréal, 2012), Qu’est-ce qu’un problème social aujourd’hui? (avec Shirley Roy) (PUQ, 2013), Les fous dans la cité (Boréal, 2016) et L’institution éventrée : de la socialisation à l’individuation (PUQ, 2017).

Frédéric Parent est professeur au Département de sociologie depuis 2014.  Ses intérêts de recherche sont l’ethnographie historique et les méthodes qualitatives de recherche, la sociologie de la société québécoise et la pensée sociologique du XIXe siècle. Il publie en 2015, Un Québec invisible : enquête ethnographique d’un village de la grande région de Québec aux Presses de l’Université Laval et, en 2018, Léon Gérin, devenir sociologue dans un monde en transition aux Presses de l’Université de Montréal.

Sandrine Ricci est doctorante et chargée de cours en études féministes et sociologie, co-chercheuse au sein de l’équipe ESSIMU (Enquête Sexualité Sécurité Interactions en Milieu Universitaire/Étude sur la sexualité, la sécurité et les interactions dans un campus universitaire). Sa recherche de thèse porte sur la notion de culture du viol. Ses travaux publiés incluent le livre « Avant de tuer les femmes, vous devez les violer! Rapports de sexe et génocide des Tutsi (Syllepse, 2014, Syllepse / M éditeur, 2019). Elle a été coordonnatrice du Réseau québécois en études féministes (RéQEF) de 2011 à 2018.

17 h 30 – 20 h
Cocktail retrouvailles où nous espérons retrouver le plus grand nombre de celles et ceux qui ont étudié ou enseigné au Département de sociologie au fil des années.

Faculté des sciences humaines de l’UQAM

Incontournable du domaine des sciences humaines et sociales, la Faculté des sciences humaines de l’UQAM propose des programmes d’études solidement ancrés tant sur le plan théorique qu’empirique. Elle offre un milieu universitaire dynamique, stimulant et inclusif propice à la réalisation de recherches novatrices, à la liberté intellectuelle et à la démocratisation des savoirs.

Suivez-nous

Coordonnées

Faculté des sciences humaines
Local DS-1900
320, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2X 1L7